-Lez' Arts - le forum culturel

Beaux-arts, musique, cinéma, littérature, jeux vidéo...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Accattone ( Pier Paolo Pasolini – 1961 )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Numéro6
Lézardeux over-booké
Lézardeux over-booké
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1645
Age : 34
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Accattone ( Pier Paolo Pasolini – 1961 )   Dim 5 Oct - 22:26

Vittorio ( Franco Citti ), que tout le monde appelle Accattone ( le mendiant ) n’a pas la moindre envie de travailler. S’il ne manque de rien et subvient à ses besoins, il le doit à sa « protégée », Maddalena ( Silvana Corsini ) qu’il envoie faire le trottoir. Maddalena a dénoncé son ancien mac et celui-ci croupit en prison. Un jour, les associés de ce dernier font irruption chez elle, la rouent de coup et la violent. Elle se rend au commissariat mais n’ose pas porter plainte par crainte de représailles, et finit par se retrouver elle-même en prison pour faux témoignage. L’avenir s’annonce donc bien sombre pour Accattone, privé de sa seule source de revenus. Il est obligé de mettre petit à petit ses biens au clou. Alors qu’il est sur le point de mourir de faim, il fait la connaissance de l’innocente et naïve Stella ( Franca Pasut ) et pense déjà à devenir son souteneur. Heureusement ( ou malheureusement ), il tombe amoureux d’elle et tente même de gagner sa vie dignement chez un ferrailleur. Dans sa prison, Maddalena entend parler de la « nouvelle fille » d’Accattone et décide de le dénoncer à la police. Pris en flagrant délit de vol, il prend la fuite et est renversé par un camion. « Tout est bien », tels seront ses derniers mots avant de mourir, le sourire aux lèvres.


Accattone est le premier film de Pier Paolo Pasolini, l’un des plus célèbres metteurs en scène italiens, mais aussi l’un des plus scandaleux. Ici, pas de sexe ou de subversion, juste une simple chronique sociale dans une époque qui marque la fin du néo-réalisme italien. Bien que se soit son premier film, Pasolini était déjà connu du public, notamment pour ses recueils de poésie, ses essais et ses romans dont "Les Ragazzi" 1955 et "Une vie violente" 1959. Il avait également collaboré en tant que scénariste avec de grands réalisateurs tels que Federico Fellini (Les Nuits de Cabiria) ou encore Mauro Bolognini (Les Jeunes Maris, Le Bel Antonio). Accattone a été tourné la même année qu’un autre grand film italien, La Dolce Vita ( Fellini ) mais les mondes représentés dans les deux œuvres sont totalement différents. Chez Fellini, on s’attarde à la haute société et l’ennui qu’apporte la prospérité et la surabondance des biens, chez Pasolini c’est le sous-prolétariat des banlieues qui lutte pour survivre et qui n’a comme choix que le vol, la prostitution ou le dur labeur pour un salaire de misère.

Chez Accattone, la sobriété du cadre et le naturalisme réduit au nécessaire, le tout porté par la magistrale musique de Johann Sebastian Bach prêtent au film un caractère presque sacral. Les motifs religieux abondent dans le film, comme par exemple des petits garçons nus qui se dressent comme des angelots à la porte du cimetière ou la silhouette de Stella qui, captée par la lumière d’un phare de voiture apparaît soudain dans la nuit comme un ange. Pasolini connaissait bien l’univers des bidonvilles romains pour y avoir été instituteur durant quelques années.

Les épisodes isolés qui composent l’intrigue ont un caractère allégorique. Par exemple la scène dans laquelle Accattone tente de voler à ses compagnons leur part de pâtes distribuées par l’aide sociale pour se retrouver à la fin sans nourriture, ou celle ( certainement l’une des scènes les plus émouvantes du 7ème art ) où nous le voyons demander à son petit garçon de l’embrasser pour lui dérober la chaîne qu’il porte autour du cou. L’acte le plus méprisable d’Accattone est commis par amour car avec les 6000 lires qu’il compte tirer de la chaîne, il veut acheter une nouvelle paire de chaussures pour Stella.

On pourrait disserter encore des heures sur les symboles du film et sa portée sociale, mais le mieux c’est de le regarder. Rarement un film ne m’a autant marqué, et le fait qu’il soit relativement peu connu renforce son côté culte. Franco Citti alors âgé de 26 ans et qui joue Accattone, est sa première apparition à l’écran. Il deviendra par la suite l’acteur fétiche de Pasolini ; on le retrouvera d’ailleurs dans Mama Roma ( 1962 ), Œdipe Roi ( 1967 ), Porcherie ( 1969 ), Le Decameron ( 1971 ), Les Contes De Canterbury ( 1972 ) et Les Milles et Une Nuits ( 1973 ).

Introuvable en DVD, du moins dans la zone française, on peut espérer le dénicher sur internet ou bien peut être en VHS, sinon pour ceux qui ont canal sat’, il est actuellement diffusé durant le mois d’octobre sur le canal Ciné Cinéma Classic.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Accattone ( Pier Paolo Pasolini – 1961 )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pier Paolo Pasolini
» Pier Paolo PASOLINI (Italie)
» La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano
» J'irai à Nagasaki en Bibliothèque de la Jeunesse (1961)
» Carnet de route pour une Orestie africaine - Pasolini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-Lez' Arts - le forum culturel :: La poubelle du forum :: La poubelle du forum-
Sauter vers: